guerre commerciale

Si 2017 s'est révélée une année florissante pour les marchés, qu'en sera-t-il pour 2018 ? Comment expliquer la divergence ?
 
L’année 2017 a été marquée par une conjoncture particulièrement favorable pour les marchés. L’indice de surprises économiques pour la Zone Euro était resté positif toute l’année, une rareté ! Tous les indices actions majeurs ont progressé sur l’année. La corrélation moyenne entre ces indices était de 79% en 2017. La reprise synchronisée globale a permis à toutes ces bourses de réaliser des performances enviables.
 
Malheureusement, cette année est totalement différente, et ce en particulier depuis les plus hauts de janvier. D’une part, la corrélation entre ces indices est tombée à 13%, il n’y a donc plus de facteur global évident pour tirer les marchés comme l’année dernière. La dispersion de performance entre la meilleure performance (le Nasdaq +15,3%) et la pire (Shanghai Composite Index -18,4%) est d’ailleurs plus que conséquente.
 
D’autre part, si la performance moyenne des cinq indices était de 20,0% l’année dernière, elle est de -2,2% depuis le début de l’année. L’environnement est très nettement moins porteur.
 
Les causes de la divergence sont connues : les incertitudes politiques avec la Guerre commerciale, le Brexit et les problèmes politiques en Italie, mais aussi un environnement de liquidité moins généreux (14 des 44 banques centrales dans le monde ont monté leurs taux depuis le second trimestre 2018) et  une croissance plus incertaine. A l’opposé la réforme fiscale américaine a dopé les bénéfices. L’impact est évidemment beaucoup plus hétérogène, les pays émergents par exemple, souffrent beaucoup plus de la guerre commerciale et du resserrement des liquidités.

Source : Le Courrier Financier